Train et vélo

Quel train pour une rando vélo « nationale » ? Intercités ?

Vous préparez une rando à vélo hors de votre région et souhaitez vous y rendre en train ? Vous ne partez pas trop loin mais pour un trajet de plus d’une demi-journée ? Avec les Intercités, notamment, on va vous aider !

Rando vélo « nationale » ?!

Qu’entend-on par « rando vélo nationale » ? Une rando qui nécessite un déplacement en train qui dépasse la demi-journée (dans un rayon approximatif de plus de 250 km de votre point de départ). C’est une liaison que vous pourrez théoriquement réaliser en France en enchaînant des trains TER, Intercités, voire – avec un peu de chance – des TGV ! Pour des déplacements plus courts ou plus longs, vous trouverez votre bonheur avec la série consacrée à la problématique du voyage en train avec un vélo non démonté. On y parle notamment de TER ou de train de nuit.

Pour les trajets « un jour », une situation qui pourrait s’améliorer…

Les TGV ? Au cas par cas !

Conditions d’accès : La réservation dans les TGV est obligatoire et un supplément de 10€ par train est facturé.

Je connais au moins deux dessertes TGV acceptant les vélos non démontés : les TGV Atlantique (Paris – La Rochelle, Bordeaux – Massy TGV – Strasbourg ou Lille…) et les Lyria (France – Suisse). Pour les autres dessertes, en particulier celles assurées avec du matériel Duplex (comme Paris – Lyon), c’est impossible ! Mais est-ce définitif ?

En 2013, quelques lignes sur Internet laissaient penser que le meilleur serait à venir. On apprenait que la rénovation des rames Duplex allait être l’occasion d’un aménagement similaire à celui qu’on trouve dans les TGV à un seul niveau. Deux ou trois vélos pourraient être ainsi acceptés dans les conditions tarifaires ci-dessus. Les premières mises en service des rames rénovées étaient prévues pour 2016. J’ai emprunté une de ces rames rénovées sur la liaison Bordeaux – Massy TGV – Strasbourg (ou Lille) en août 2016. Le calendrier est donc tenu. Cependant, je n’ai pas eu l’occasion de vérifier si les emplacements vélos évoqués étaient bien présents. A confirmer ! Gageons qu’avec la mise en service des LGV Tours – Bordeaux (SEA / « L’Océane ») et Bretagne-Pays de la Loire (LN 10), les affectations pourront changer et qu’on y verra plus clair fin 2017…

Les Intercités de jour ? ça dépend…

L’Etat est devenu autorité organisatrice des « Trains d’équilibre du territoire » (TET) exploités sous le nom d’Intercités.

Conditions d’accès aux Intercités : Lorsqu’on veut voyager avec son vélo, la réservation est désormais obligatoire et un supplément de 5€ par train est facturé.

Sur de nombreuses lignes, le trafic s’est écroulé. On notera la conjugaison de plusieurs facteurs :

  • Un sous-entretien des voies régulièrement souligné (notamment dans le rapport Rivier de 2005 alertant sur les dangers de la situation) entraînant des réductions des vitesses des trains (pour éviter les accidents) débouchant sur une augmentation des temps de trajet
  • Une absence de valorisation de l’offre et une incitation à l’utilisation des TGV par le biais du moteur de recherche (ex. de la liaison Saint-Pierre-des-Corps – Lyon éludée au profit du passage par Paris en TGV avec changement et coût deux fois supérieur pour l’usager)
  • Un développement du covoiturage offrant des tarifs encore plus bas à ceux pour qui le temps de trajet importe peu par rapport au prix (précarité, faibles ressources, temps disponible…)

Les cars dits « Macron »

Face à ce constat, le choix a été fait de créer une concurrence routière en dérégulant les lignes régulières d’autocars privées sur certaines distances. Le trafic baissera probablement encore… Et ces cars n’acceptent, au mieux, que les vélos emballés dans des dimensions « SNCF » (120 x 90). Il semble cependant que sur certains itinéraires, on puisse voyager à vélo. Maxime du blog « En échappée » en parle dans un billet.

Les Intercités transformés en TER

Par ailleurs, l’Etat pousse les Régions directement ou indirectement à assurer sur leurs fonds propres des dessertes qui relevaient des Intercités. Avec la fusion de Régions, une ligne Intercités peut désormais s’inscrire dans une seule et même Région administrative. Il est ainsi probable que le phénomène de transfert s’accentue. Pour plus de détails, voir l’article sur le TER et les vélos.

Conclusion pour les trajets « un jour »

Un avenir meilleur semble se dessiner pour les voyages avec vélo non démonté. Des lignes Intercités deviennent TER et ceux-ci acceptent théoriquement les vélos (même s’il est fortement conseillé d’éviter les heures de pointe). Sur les lignes Intercités restants, on peut réserver pour un surcoût léger (5€). Enfin, des TGV sont aménagés progressivement. Mais en attendant ?! La SNCF propose deux alternatives : démonter son vélo dans la housse à la taille réglementaire ou se le faire livrer. Mais qui se voit démonter ses deux roues, son guidon papillon et son porte-bagage arrière pour voyager en train ? Qui se voit confier son vélo à un service sans vérifier que la manutention est faite précautionneusement  ? Qui peut organiser une livraison sur place sans bloquer une journée de vacances ? Et notez que ce service coûte 80€ par vélo par trajet

Tant que les TGV rénovés ne sont pas là et que la réorganisation des Intercités / TER n’a pas eu lieu, voyager en train avec un vélo non démonté reste compliqué ! On doit souvent composer avec des correspondances très longues (1h30 ou plus) ou de multiples correspondances TER. Or les TER ne sont pas réputés pour leur ponctualité. Multiplier les correspondances de moins de 20 min chacune, c’est prendre un risque considérable de devoir dormir en cours de route… donc du stress supplémentaire par rapport à la logistique nécessaire à chaque fois. A chaque fois que je dois prendre le train entre La Rochelle et Lyon, je dois consacrer plusieurs heures à étudier toutes les solutions possibles pour trouver la moins contraignante. Je pensais avoir trouvé une alternative avec les trains de nuit… mais ils sont en train de disparaitre…

Rappel

Comme pour l’ensemble des articles de ce blog, je n’ai eu aucun contact d’aucune sorte avec les marques éventuellement citées. Le cas échéant, j’ai acheté sur fonds propres les produits  ou services évoqués.

2 thoughts on “Quel train pour une rando vélo « nationale » ? Intercités ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *