Train et vélo

Train et vélo non démonté : Trouver son itinéraire

Vous souhaitez voyager en France en train avec votre vélo à portée de main et prêt à l’emploi ? Vous connaissez les conditions d’accès (peut-être grâce à nos articles dédiés) mais vous ne savez pas comment trouver l’itinéraire le plus intéressant sans vous rendre au guichet ? En avant !

Trouver son itinéraire

Lorsqu’on souhaite voyager avec son vélo non démonté, on pense naïvement se tourner vers les outils habituels pour trouver l’itinéraire le plus pertinent : moteur de recherche Internet (ex. voyages-sncf.com ou captaintrain.com) ou guichet de la gare plus proche. Rapidement, on déchante… surtout si on se tourne vers Internet.

Les fiches horaires

Pour préparer son trajet, avant que n’apparaissent les moteurs de recherche d’itinéraires, on se rendait au guichet de la gare la plus proche. Les connaisseurs se procuraient les fiches horaires et ciblaient un trajet qu’ils achetaient ensuite au guichet. Aujourd’hui, les fiches horaires sont facilement accessibles en ligne. On peut donc théoriquement faire le travail « à l’ancienne ». Je trouve la démarche fastidieuse. Tout seul, avec les variantes multiples comme « ne circule pas les dimanches d’août », on se refait le sketch de Chevallier et Laspalès « le Train pour Pau ». Et, puisque plusieurs itinéraires sont parfois possibles, les connait-on tous ? Tôt ou tard, le passage par un moteur de recherche d’itinéraire me semble indispensable. Et c’est là que ça coince !

Le moteur de recherche d’itinéraire en ligne

Quelques sites à explorer fin août 2016

Il y a un an, j’ai découvert la problématique du déplacement « longue distance » en France avec un vélo non démonté. Dans l’article correspondant, j’évoquais plusieurs sites. Mais en un an, la situation a changé. S’est-elle améliorée ? Pas forcément…

Les acteurs en présence sont désormais :

  • L’agence de voyages de la SNCF (voyages-sncf.com)
  • Le site d’achat de billets de train « Capitaine train » devenu captaintrain.com et prochainement Trainline.eu après son rachat par l’entreprise britannique du même nom il y a quelques mois
  • bahn.de, le site de l’entreprise publique ferroviaire allemande Deutsche Bahn
  • cff.ch, l’équivalent suisse de la DB

La question de l’objectivité des résultats du moteur de recherche SNCF

Depuis plusieurs années, voyages-sncf.com et connu pour ne communiquer dans certains cas que les dessertes rapides par Paris. Par exemple, si vous souhaitez faire un trajet Lyon – Angoulême, le moteur de recherche ne vous suggère pas du tout la combinaison de train classique jusqu’à Saint-Pierre-des-Corps puis TGV mais uniquement deux TGV en correspondance à Massy. L’alternative est pourtant deux fois moins chère et ne demandait (il y a quelques années) qu’une heure de plus. Avec le prolongement de la portion à grande vitesse au-delà de Saint-Pierre-des-Corps, la différence de temps de trajet va s’accroître mais n’est-ce pas au passager de décider la solution qu’il préfère ? Les TGV apparaissant seuls et étant plus chers  que les Intercités, les effets ont été de plusieurs natures : une partie des passagers potentiels s’est effectivement tournée vers le TGV (ce qui améliore le ratio recettes/dépenses de ce service), une autre partie a choisi des alternatives (covoiturage et, désormais, autocars) et enfin, la dernière partie ne s’est tout simplement pas déplacée ! On notera que la fréquentation des Intercités baisse et qu’on assiste actuellement à de nombreuses fermetures de services…

La concurrence

Lorsqu’on connait ce biais, on peut être tenté de se tourner vers la concurrence et notamment Captain train  / Trainline dont l’interface est bien plus conviviale et rapide que voyages-sncf.com. Malheureusement, les résultats sont identiques. De façon surprenante, le seul moyen d’avoir des résultats objectifs pour des trajets franco-français, c’est de passer par bahn.de ou cff.ch !

Pour un voyage à vélo, le site de la DB était donc, il y a un an, une solution intéressante. Il recensait tous les trains acceptant les vélos. Si on cumulait son exhaustivité avec son objectivité et les nombreuses options du moteur de recherche, c’était même la solution idéale ! Oui mais voilà. ça a changé ! Pour une raison que j’ignore, le site bahn.de ne recense plus les trains acceptant les vélos en France, hormis les TER. Les résultats ne sont donc plus satisfaisants. voyages-sncf.com (et, par extension, Captain train / Trainline) est désormais, à ma connaissance, le seul site connaissant les trains français acceptant les vélos. Captain train / Trainline reste le plus convivial et le plus rapide mais il présente un défaut rédhibitoire : il ne filtre pas les trains acceptant/refusant les vélos. C’est donc à vous de vérifier que pour chaque train composant votre trajet, aussi bien à l’aller qu’au retour, vous pouvez cocher l’option « vélo ». Lorsque son trajet nécessite plusieurs correspondances, le risque de se tromper est grand.

Retour au point de départ ! Depuis que bahn.de ne sait plus quels TGV / Intercités permettent d’embarquer les vélos, voyages-sncf.com redevient le seul outil en ligne permettant de réserver un trajet en train avec vélo non démonté en France. Partant de ce constat, je vous propose une méthode pour ne plus dépendre uniquement du guichet en gare.

Une méthode pour préparer votre voyage avec vélo non démonté

Le choix de l’itinéraire

La méthode que je vous propose s’articule en plusieurs étapes :

  1. Trouver tous les itinéraires possibles, indépendamment de la question du vélo (ex. pour La Rochelle – Lyon : en passant par Paris, par Nantes, par Tours / Saint-Pierre-des-Corps…) => le meilleur outil reste bahn.de (accessible en français)
  2. Noter les relations concernées (ex. La Rochelle – Poitiers, Poitiers – Tours, Tours – Lyon)
  3. Tester chacune des relations sur voyages-sncf.com en cochant « Je voyage avec mon vélo – 1 vélo(s) non plié(s) ou non démonté(s) » dans l’option « Voyagez avec votre vélo » pour vérifier quels trains acceptent effectivement les vélos

La réservation

Dans certains cas, vous ne pourrez pas réserver en ligne, quel que soit le site. Si vous devez suivre deux itinéraires différents (ex. passage par Tours à l’aller et par Paris au retour), rendez-vous au guichet ! La réservation en ligne n’est pas possible.

En revanche, si vous faites l’aller – retour par le même itinéraire, vous pouvez éventuellement vous en sortir grâce au « via ». Il s’agit d’indiquer sur votre itinéraire une gare à laquelle votre train va s’arrêter mais sans que vous fassiez correspondance. Pour emprunter l’Intercités (ou TER) Tours – Lyon, il faut indiquer dans la case « via » la gare de Bourges. A vous de trouver le bon « via » !

Enfin, malgré tout, il se peut que votre itinéraire complexe ne vous soit pas proposé d’une traite. Dans ce cas, deux possibilités :

  • Découper votre trajet
  • Vous rendre au guichet en indiquant précisément les trains que vous avez ciblés. Attention toutefois à ne pas traîner entre votre repérage Internet et votre déplacement en gare. Si votre train est complet, il faudrait reprendre (presque) depuis le début…

A vous de choisir !

Conclusion

Il y a un an, le moteur de recherche de la DeutscheBahn et ses nombreuses options m’apparaissait comme l’outil idéal… pour choisir son trajet. Le voyage en lui-même entre La Rochelle et Lyon avec ses correspondances longues et fastidieuses, n’avait rien d’enthousiasmant. Puisque le site de la DB ne recense plus les Intercités ou TGV acceptant les vélos, on perd désormais l’outil de préparation de son trajet. Le moteur de recherche de la SNCF s’est amélioré mais il pousse toujours vers les TGV. Les voyageurs à vélo en sont donc réduits aux manipulations comme celle décrite ici pour trouver des trajets acceptables. A ce stade, je peux confirmer qu’on est encore plus loin du slogan « A nous de vous faire préférer le train ! » qu’il y a un an ! Navrant !

Rappel

Cet article fait partie d’une série. Vous trouverez peut-être également votre bonheur avec les articles suivants :

Comme pour l’ensemble des articles de ce blog, je n’ai eu aucun contact d’aucune sorte avec les marques et enseignes éventuellement citées. Le cas échéant, j’ai acheté sur fonds propres les produits ou services évoqués.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *